vivantgesteparole

Retrouver l’impression des possibles pour Séverine Coulon, avec La Vie animée de Nina W

Aujourd’hui, on explore : la vie d’une figure de l’animation française, un parcours de femme qui ouvre les possibles et une ode à l’imagination, au travers du spectacle jeune public « La Vie animée de Nina W. » de Séverine Coulon et la compagnie Les Bas Bleus créé demain – mardi 06 octobre – au Théâtre du Grand Bleu à Lille.

📢  La Vie animée de Nina W.
🕒  Mardi 06 octobre, 14:30 / 20:00

📽️  Projection d’épisodes d’Ulysse 31 et des Mondes Engloutis suivi d’un échange avec Hervé de La Haye, chercheur indépendant dans le domaine du dessin animé, du cinéma et de la musique pour l’image et spécialiste reconnu des œuvres de Nina et Gilbert Wolmark : mercredi 07 octobre, 15:00

La Vie animée de Nina W. © Raphael Froment

Par la magie de son théâtre d’objets, Séverine Coulon retrace la vie d’une pionnière du dessin animé à la française au fascinant destin : Nina Wolmark. Lors de sa précédente création, Filles & Soie, Séverine Coulon – artiste associée au Grand Bleu – rencontre Nina Wolmark. Autrice, scénariste de dessins animés au début des années 80, cette grande dame a fait rêver des générations d’enfants signant notamment les scénarios d’Ulysse 31 ou des Mondes engloutis. Un parcours extraordinaire pour cette femme dont la vie a commencé de manière chaotique en pleine guerre, quelque part en Biélorussie, marquée par la douleur de l’exil.

Fascinée par ce destin hors normes, Séverine Coulon en fait le scénario de son nouveau spectacle marionnettique. Tirant librement quelques fils d’une vie intense où il est question de pouvoir du langage, de migration, des utopies des années 68, des espoirs et des envies qui permettent tous les possibles. Deux comédiens / marionnettistes mettent en mouvement cette histoire au plateau. Objets animés, marionnettes en trois dimensions, explosion de matières, de couleurs et de sons inspirés de la culture pop : l’univers plastique de Séverine Coulon sied comme un gant à Nina Wolmark

Séverine Coulon © DR

« Ce spectacle a commencé avec un travail dans une école, alors que j’interrogeais les enfants sur les notions d’avenir et d’espoir. »

Le spectacle est né de ma rencontre avec Nina Wolmark. Je l’ai rencontrée à la fin d’une répresentation de mon précédent spectacle, Filles & Soie alors qu’elle était dans le public et nous avons tout de suite sympathisé. La volonté de travailler ensemble est vite arrivée. Lorsque je lui ai annoncé que c’était avec sa biographie plus encore qu’avec un de ces récits que je voulais travailler, elle a été surprise. Son parcours de vie résonne avec ce que je veux dire aujourd’hui : ses parents ont fui le ghetto de Varsovie pour arriver à Minsk où elle est née en pleine guerre et elle est finalement parvenue après bien des péripéties à faire rêver des millions d’enfants. Je voulais montrer qu’en partant de rien, avec une feuille un crayon, on peut changer les choses et le monde. C’est une ode à l’imagination, à la création que je voulais proposer dans un monde dont même les plus jeunes commencent à desespérer.

Ce spectacle a commencé avec un travail dans une école, alors que j’interrogeais les enfants sur les notions d’avenir et d’espoir. J’ai été frappée par le pessimisme, ou peut-être le réalisme, de cette génération confrontée à un concret terrible. J’appartiens à une génération à laquelle on disait « tout est possible » et Nina aussi, d’une certaine manière, qui continue dans cette même dynamique à dire « on n’a qu’à faire ». Il me semble que dans ce « tout est possible », dans ces rêves que l’on permet, il y a une part d’enfance et c’est quelque chose, l’espoir, qu’on ne peut pas leur retirer. Avec La Vie animée de Nina W. je veux dire que cela va aller, qu’on va faire des choses et que cela va passer. Quand on regarde Les Mondes engloutis, le soleil est en train de mourir et ce sont les enfants qui vont chercher à sauver leur civilisation. Il y avait dans ces films d’animation quelque chose d’assez visionnaire qu’il me parait important de rappeler.

La vie animée de Nina W. est une adaptation libre de la vie de Nina Wolmark. J’ai beaucoup discuté avec elle, j’ai pu consulter ses archives mais il ne s’agissait pas de tout raconter, en une heure et en s’adressant à un jeune public. Il a fallu faire des choix et trouver la bonne manière pour parler d’évènements comme Mai 68 ou la Shoah. Pour évoquer la mort d’un jeune homme écrasé par un char, plutôt que la dire, une bobine déroule un fil rouge. Le spectacle fonctionne à différents niveaux d’évocation et s’adresse à tous les publics. J’assume également le détour de la fiction. Nina est jouée indifféremment par un comédien et une comédienne mais incarnée par une toupie qui permet de mettre tout le plateau en mouvement autour d’elle par des réactions en chaîne. Nous avons travaillé le plateau avec des matériaux familiers et reconnaissables, des ramettes de papier, des bobines de films… Nous ne voulions pas de technique lourde ou de vidéo, tout passe par un travail d’évocation et construit un univers distinct des séries iconiques Ulysse 31 ou Les Mondes engloutis ; on trouve des clins d’œils sous la forme de deux marionnettes pangolins et d’un dessin mais ce n’est pas un spectacle de fan. Nous rendons hommage par le mouvement, des effets optiques, au principe même de l’animation, zootrope ou taumatrope ; nous proposons nos propres images.

🖊 Propos de Séverine Coulon, recueillis par jigsaw pour le Grand Bleu

Qu’est-ce que Le Grand Bleu ?

Un théâtre pour les enfants, les adolescents, les jeunes d’aujourd’hui qui feront le monde de demain.Créé en 1981 et implanté à Lille dans le quartier des Bois-Blancs, le Grand Bleu est un établissement culturel, une association qui propose une programmation artistique pluridisciplinaire émancipatrice destinée plus particulièrement aux nouvelles générations, de la toute petite enfance à l’adulte naissant, et aux familles. Aujourd’hui Scène Conventionnée d’Intérêt National « Art, Enfance et Jeunesse », le Grand Bleu est un pôle de référence de la création jeune public dans la Métropole Européenne de Lille, la Région Hauts-de-France et sur l’ensemble du territoire national.

📍  36 avenue Marx Dormoy, Lille